La première interview de Sylvain Lautié !

Son parcours plaide pour lui. Mais pas question de brandir ses états de service comme un étendard. Pour Sylvain Lautié, "le passé ne sert à rien". À peine s’est-il engagé avec le club vauclusien que l’entraîneur se projette déjà vers un nouveau challenge qui doit amener le SAP Vaucluse vers la Pro B. 

Quelles sont les raisons qui ont motivé votre venue ?

Je voulais m’investir sur un projet. Ce n’est pas une décision par défaut. Je crois aux hommes et au plan tel qu’il m’a été présenté. Beaucoup de facteurs le rendent crédibles. Géographiquement, le bassin économique est intéressant. Il n’existe pas de clubs pros dans le Vaucluse et le SAP possède deux belles salles. On assiste à une réelle volonté de voir une équipe professionnelle de basket. 

Au regard de votre expérience, votre arrivée en Nationale 1 peut surprendre...

Je suis toujours allé là où mes envies me guident. J’ai fait un break avec l’ES Gardonne (N2 et N3). Là, je veux me lancer corps et âme dans un nouveau projet. On ne vit pas dans le passé. Je n’en parle pas quand j’entraîne. J’évoque toujours le présent et le futur. On m’a embauché pour ce que je vais apporter.

D’autres clubs vous ont-ils contacté ?

Oui mais je ne voulais pas attendre. Je n’ai pas utilisé le SAP Vaucluse comme un lièvre non plus. On m’a présenté un programme qui m’a convaincu. Pourquoi aller voir ailleurs ? Il existe une base de travail intéressante grâce au travail de mon prédécesseur Stéphane Dao.

Quel regard portez-vous sur le projet du SAP Vaucluse ?

L’objectif est de gravir un échelon dans les deux ou trois ans à venir. Actuellement, est-ce que nous pouvons le faire sur le plan économique ? Non. Est-ce qu’il existe une réelle volonté de parvenir en Pro B ? Oui. Le club possède-t-il les structures pour monter ? Je le pense sincèrement... Certaines équipes n’avancent plus. Ce n’est pas le cas du SAP Vaucluse. Tout est mis en place pour se développer. La première année sera la plus compliquée. Après, ce sera du plaisir.

Le SAP Vaucluse possède-t-il le profil d’un candidat crédible pour la ProB ?

Bien entendu ! Le bassin économique, la volonté politique et l’attente du public sont là. Avec Levallois ici, j’ai joué dans une salle comble. On doit retrouver un engouement populaire avec du spectacle et une dynamique. Il a déjà existé à l’époque de M. Cerase.

 

Interview réalisée par notre partenaire "La Provence"


Première publication le vendredi 27 mai 2016

27 May

Sap Vaucluse, Le club de Basket de SORGUES, AVIGNON et LE PONTET

Gymnase du Cosec - 1 avenue Elsa Triolet - 84000 Avignon | Téléphone : 07 78 46 51 17